bonnement


bonnement

bonnement [ bɔnmɑ̃ ] adv.
• v. 1170; de bon
Vx Avec simplicité, sans détour. naïvement, simplement; franchement. Bonnement et simplement. Mod. Tout bonnement : tout simplement. « Dire tout bonnement ce qui me viendra » (Stendhal). Par ext. vraiment; réellement. Les dauphins « sont tout bonnement de petits cachalots » (France).

bonnement adverbe Tout bonnement, réellement, sans conteste. ● bonnement (expressions) adverbe Tout bonnement, réellement, sans conteste.

bonnement
adv. Simplement. Je vous le dis tout bonnement.

⇒BONNEMENT, adv.
De façon bonne.
A.— De façon exactement appropriée à la nature de telle chose, telle personne, à la vérité de tel fait, etc.
1. Vieilli (gén. à la tournure négative ou interr.). (Quasi-)synon. précisément, réellement, véritablement, vraiment :
1. Je ne sais bonnement pour moi quand je partirai d'ici; mais toujours ce sera pour vous aller joindre. À dire vrai, j'ai cent projets et je n'en ai pas un.
COURIER, Lettres de France et d'Italie, 1809, p. 811.
2. CATHERINE. — Dites donc, ça vous fait-il bien de la peine que madame s'en aille? LE PÈRE RENAUD, l'embrassant. — Tu sais bien que non, petite gueuse! Que je t'aime bien mieux qu'elle! CATHERINE, lui prenant la tête par les deux oreilles et le regardant en face. — Bonnement? Vous devriez bien alors me donner ce que vous m'avez promis, hein?
FLAUBERT, La 1re Éducation sentimentale, 1845, p. 197.
2. Sans détour ni recherche, d'une manière directe, avec bonne foi, etc. :
3. Je n'aime pas couver les œufs de pierre et pourtant, par humanité, je persiste à croire que le miracle de leur éclosion peut avoir lieu, et je me reprends à y travailler bêtement et bonnement, par un vague instinct.
AMIEL, Journal intime, 1866, p. 492.
4. Michel, l'artiste poëte, est amoureux, heureux ou toujours prêt à l'être, bonnement, simplement, selon la nature; il a le ciel dans le cœur...
SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 6, 1863-69, p. 171.
5. ... à la fin du dix-huitième siècle, les fourmis ne sont pas encore affligées des noms barbarement scientifiques qu'elles portent aujourd'hui. On disait bonnement et familièrement : les Sanguines, les Mineures, les Roussâtres...
MAETERLINCK, La Vie des fourmis, 1930, p. 115.
PARAD. a) (Quasi-)synon. bravement, franchement, naïvement, naturellement, ouvertement, rondement, sincèrement. b) (Quasi-)anton. astucieusement, hypocritement, malicieusement.
Rem. Bonnement détermine gén. un verbe, parfois un subst. en constr. appositive : des phrases moins travaillées, plus « bonnement natures... » (E. et J. DE GONCOURT, Journal, 1887, p. 689).
Loc. adv. Tout bonnement.
Familier :
6. Le lendemain un officier ouvrit tout bonnement la porte, et s'introduisit lui-même, sans plus de façon, ...
LAS CASES, Le Mémorial de Sainte-Hélène, t. 1, 1823, p. 160.
Fam. et iron. :
7. Dans la Vénus de chair qu'il avait asservie
Il trouva sa parure et son rhythme et sa vie,
Et s'en enveloppa comme d'un vêtement.
Toute félicité nous est trop tôt ravie!
Il s'aperçut un soir, oh rien! tout bonnement
Que son rhythme et sa vie avait un autre amant.
BANVILLE, Les Cariatides, Ceux qui meurent, ceux qui combattent, 1842, p. 120.
B.— De façon spontanément favorable à l'épanouissement d'autrui, par bonté :
8. ... ne jamais faire le bien bonnement, ne le faire que par élégance et avec ce luxe de malices, mettre tant d'esprit à être bon quand il vous arrive de l'être, apporter toujours à la pratique de la vertu la méfiance et la sagacité d'un monsieur qu'on ne prend pas sans vert et qui n'est dupe que parce qu'il le veut bien,
— est-ce que cela, à supposer que ce soit possible, ne vous paraît pas lamentable?
LEMAITRE, Les Contemporains, 1885, p. 206.
PARAD. a) (Quasi-)synon. affectueusement, charitablement, généreusement, gentiment, tendrement. b) (Quasi-)anton. durement, perversement.
PRONONC. ET ORTH. :[]. FÉR. Crit. t. 1 1787 propose la graph. bonement avec un seul n. Le reste des dict. écrit le mot avec 2 n.
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. Ca 1170 « avec bonté, sans détour » (B. DE STE MAURE, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, Lund, 1954, 33911-12), qualifié de ,,familier`` par Ac. 1835, 1878, 1932; 2. av. 1553 « vraiment » (RABELAIS, Epistre à J. Bouchet [III, 300] dans HUG.), qualifié de ,,bas`` par Ac. 1694, de ,,familier`` par Ac. 1740, 1762 et 1798, de ,,vieilli`` par Ac. 1835 et 1875.
Dér. de bonne (bon1) adj.; suff. -ment2.
STAT. — Fréq. abs. littér. :545. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 717, b) 1 087; XXe s. : a) 1 038, b) 497.
BBG. — BASTIN (J.). Nouv. glanures gramm. Riga, 1907, p. 30. — LEW. 1960, p. 258.

bonnement [bɔnmɑ̃] adv.
ÉTYM. V. 1170, « avec bonté », remplacé dans ce sens par bien; de 1. bon.
1 Vx. D'une manière exacte et vraie. Vraiment.(En tour négatif). || « Je ne sais pas bonnement (…) si je partirais » (P.-L. Courier, in T. L. F.).(En interrogatif). || Bonnement ? : vraiment ?
2 Vx ou régional. Avec simplicité, sans détour. Franchement, naïvement (vx), simplement.
1 Le roi causa une heure avec le bon homme d'Andilly aussi plaisamment, aussi bonnement, aussi agréablement qu'il est possible.
Mme de Sévigné, 85.
2 Un honnête homme vous dit une chose bonnement et comme elle est (…)
Mme de Sévigné, 86.
2.1 Le vieux prêtre se défend de rien trouver d'extraordinaire dans les propos de son pénitent, et s'amuse bonnement des scrupules de son confrère. « Un enfant, répète-t-il, un véritable enfant (…) »
Bernanos, Sous le soleil de Satan, in Œ. roman., Pl., p. 156.
Tout bonnement : simplement, spontanément, sans détour.
3 Dire tout bonnement ce qui me viendra; le dire simplement et sans aucune prétention (…)
Stendhal, Journal, p. 77.
3 Mod. || Tout bonnement (cour.); bonnement (rare) : tout simplement (après un verbe à sujet nom de personne, désignant une action ou antéposé, qualifiant un adjectif). Bellement (tout bellement, vieilli), réellement, vraiment. || Il est tout bonnement insupportable. || On l'a tout bonnement renvoyé.
4 — Bonsoir belle dame. (Il lui baise la main). Vous êtes tout bonnement ravissante ce soir… Eh ! mais ça n'a pas l'air très animé ici ? on ne danse donc pas ?
Henri Monnier, Scènes populaires, « La grande dame », 6, p. 217.
5 Les dauphins (…) sont tout bonnement de petits cachalots (…)
France, le Lys rouge, XXXII.
6 Et quand il manqua son cours, en février, ses élèves, après l'avoir un peu attendu, allèrent bonnement se promener.
Aragon, Blanche…, III, I, p. 345.
CONTR. Astucieusement, hypocritement, malicieusement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bonnement — BONNEMENT. adv. De bonne foi, naïvement, avec simplicité. Il a dit bonnement ce qu il en pense. Je vous l ai dit tout bonnement. J y vais tout bonnement sans y entendre finesse.Bonnement, se dit quelquefois pour Précisément; et alors il ne s… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bonnement — Bonnement. adv. A la bonne foy, simplement, naïvement. Il a dit bonnement ce qu il en pense. je vous l ay dit tout bonnement. j y vais tout bonnement, pour dire, Je n y entends point de finesse. Il se met quelquefois avec la negative. On ne… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • bonnement — Bonnement, Pourveu que bonnement tu le puisses faire, Quod commode facere possis …   Thresor de la langue françoyse

  • bonnement — (bo ne man) adv. 1°   De bonne foi, naïvement, avec simplicité. •   Un honnête homme vous dit une chose bonnement et comme elle est, SÉV. 86. •   Il nous en a toujours parlé tout bonnement, SÉV. 576. •   Le roi causa une heure avec le bon homme d …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BONNEMENT — adv. De bonne foi, naïvement, avec simplicité. Il a dit bonnement ce qu il en pensait. Je vous l ai dit tout bonnement. J y vais tout bonnement, sans y entendre finesse. Quoi ! vous croyez bonnement ce qu on vous a dit ? Il est familier.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BONNEMENT — adv. De bonne foi, naïvement, avec simplicité. Il a dit bonnement ce qu’il en pensait. Je vous l’ai dit tout bonnement. J’y vais tout bonnement, sans y entendre finesse. Quoi! vous croyez bonnement ce qu’un vous a dit? Il est familier …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • bonnement — (TOUT), ladv., tout simplement, avec calme, sans bonnement façon // cérémonie : to bounaman (Saxel), to bonamê (Albanais, Compôte Bauges), tò bonamin (St Martin Porte, Villards Thônes) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Tout bonnement — ● Tout bonnement réellement, sans conteste …   Encyclopédie Universelle

  • bellement — [ bɛlmɑ̃ ] adv. • 1080; de beau ♦ Vx D une façon belle, jolie. Vx Doucement, tout doux. ⊗ HOM. Bêlement. ● bellement adverbe Littéraire. De belle façon. ● bellement (homonymes) …   Encyclopédie Universelle

  • simplement — [ sɛ̃pləmɑ̃ ] adv. • mil. XIIe; de simple 1 ♦ D une manière simple, sans complication, sans affectation. « Le dire simplement et sans aucune prétention » (Stendhal). ⇒ bonnement, naturellement, uniment. Recevoir des amis très simplement, sans… …   Encyclopédie Universelle